Home Votre contrat et vous Syntec : Juge et Partie
formats

Syntec : Juge et Partie

dictature

La semaine passée, j’ai mis en ligne une lettre ouverte aux membres du Syntec Numérique. Vous avez été nombreux à apprécier cette lettre.

Aujourd’hui, je vais vous en dire un peu plus sur cet organisme et vous expliquer pourquoi depuis des années rien ne change en faveur des consultants…Au contraire, les décisions prises vont dans le sens de la précarité !

 

Voici une petite vidéo qui vous présente la composition du conseil d’administration (les décideurs) du Syntec Numérique qui est sensé protéger les droits des consultants !


 

Syntec Numérique

 

 

Retrouvez toute la composition du syntec numérique ici : http://www.syntec-numerique.fr/equipe

 

Vous avez compris que chacun dans notre coin, nous ne pouvons pas faire grand chose, en revanche, sachez que nous sommes environ 350 000 consultants en France et j’ai besoin de chacun de vous pour faire progresser notre situation. Aujourd’hui, vous pouvez faire bouger les choses en likant cet article et la page SS2Ideal (https://www.facebook.com/SS2Ideal)

 
Je compte sur vous…

A votre carrière !

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
5 Comments  comments 

5 réponses

  1. Presta

    Faire la greve !!
    350 000 consultants en grève !

    Ca va etre la panique chez les ssii et les clients.
    On est en position de force.

    • vincent

      Avant de faire grève, il faudrait commencer par faire monter le taux de syndicalisation de nos troupes, parce-que actuellement c’est très très faible, ce qui explique pourquoi autant de consultants se font « avoir ».

      Les syndicalistes (j’en fais parti) on du boulot devant eux, sachant que le mode de fonctionnement de nos sociétés nous oblige à trouver de nouvelles façon de faire pour toucher des collaborateurs en mission que l’on ne rencontre jamais…

      • Jean JUNGES

        Merci Presta et merci Vincent pour vos commentaires.

        Effectivement nous sommes en position de force ! Néanmoins, je pense qu’il vaut mieux planifier des actions ciblées avec un objectif clair avant de se lancer dans des « grèves » massives. L’idée est en revanche très bonne !

        Vincent, je suis d’accord avec toi concernant les actions des syndicats et il est vrai que souvent les consultants ne sont pas syndiqués par manque de contacts avec ces derniers ou tout simplement parce que cela est mal vu du point de vue de la ssii.

        Aussi, j’ai quelques idées en tête qui pourraient faciliter grandement les choses…

        Je vous tiendrai au courant rapidement via les articles de SS2IDéal !

        • Bonjour Melopey et bravo pour le pseudo, il est sepurbe !Je connaissais ce doc. Ce fut d’ailleurs ma premie8re rencontre avec la vision de l’offshore du Syntec.Jusqu’e0 recevoir des menaces un peu plus tard.Je ne voudrais pas donner l’impression que l’offshore est une discipline facile. Il demande meame un tre8s haut niveau de spe9cialisation de chaque cf4te9 (dans le pays ab cible bb y compris chez le client et bien sfbr dans le pays ab shore bb).Par ailleurs, l’expe9rience qui est celle du groupe que je dirige, est essentiellement une expe9rience europe9enne, plutf4t nearshore. D’ailleurs toute l’astuce aujourd’hui consiste e0 de9velopper des unite9s de prod en province des pays d’Europe de l’Est. Ainsi vous eates en territoire de culture europe9enne, tout en e9tant en prix ab offshore bb.Attention aussi e0 comparer ce qui est comparable. Certains clients ne sont jamais sortis du mode8le re9gie sur site avec un spe9cificateur pour deux de9veloppeurs. Tout le monde alors a l’impression de ab bien bb travailler et d’eatre productif (parce qu’il y a peu de de9chets et que la compre9hension est bonne), pourtant la production logicielle relative des 3 personnes est de9risoire une fois compare9e e0 un process industriel bien rode9. La productivite9 n’est parfois qu’une impression lorsqu’elle n’est pas mesure9e. Aujourd’hui, je peux affirmer sans aucune he9sitation que nous n’avons pas de diffe9rence entre un processus industrialise9 (hors des locaux du client) en France et en Roumanie/Moldavie. Il n’y a que le prix qui est divise9 par deux… Bien entendu, il est toujours plus difficile de faire industrialiser un process loin de chez soi que de le faire de chez son voisin de pallier. Et c’est bien pour cette raison que l’offshore est une affaire de spe9cialistes !

      • Je pense qu on ne peut pas ble2mer QUE les SSII. Les clients ont leur part de rsaponsebilite9 avec des politiques achats totalement inadapte9es e0 de la prestation intellectuelle e0 forte variabilite9 de re9sultat.Certes les SSII n ont pas eu le courage de de9veloppeur un vrai message de valeur pour lutter contre cela, mais c est la relation d ensemble qui pose proble8me et qui e0 mon avis se retourne de9je0 contre les clients (quand je vois le cofbt global des projets sur le terrain en regard de re9sultats souvent mauvais et truffe9s de dette applicative).Tout le monde gagnerait vraiment e0 mieux expliciter le fait qu il vaut souvent mieux payer une de9veloppeur senior 800 Euros par jour que payer un junior 400 alors qu il va aller 3 fois moins vite sur ce qu il va re9ussir, qu il va rater des choses et qu il va introduire des proble8mes futurs. C est une e9vidence e9crit comme cela.A minima, il faut un meilleur e9quilibre des profils dans les projets, alors que les grandes SSII ne gagnent de9sormais d argent que sur les profils de9butants entretenant un cercle vicieux pe9nalisant pour tous.Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *