Home Mon Manager et moi Intercontrat SSII : vos droits
formats

Intercontrat SSII : vos droits

intercontrat6

L’intercontrat (ou période entre 2 missions) est une particularité du monde des sociétés de service. On peut se dire que c’est une période agréable pour le consultant puisque pendant cet intercontrat, vous êtes payé à ne « rien » faire. Mais c’est faux ! Déjà, vous êtes souvent moins payés, mais en plus, vous êtes loin de n’avoir rien à faire !

L’intercontrat est une période tellement spécifique et si importante qu’il y a énormément de choses à en dire. Aussi, nous allons segmenter notre article à ce sujet en 2 billets différents. Le premier que vous êtes en train de lire évoque les choses que vous subissez et vos droits pendant une période d’intercontrat. Le second, Intercontrat SSII : les 9 bons réflexes, vous indiquera le bon comportement à adopter dès lors que vous êtes dans cette situation…
 

La pression de l’intercontrat

Il ne faut pas se leurrer, même si vous êtes dans une grosse structure qui a les reins solides, vous savez inconsciemment que l’intercontrat n’est pas une situation viable sur le long terme. Votre manager a la pression puisqu’il perd de l’argent tant que vous n’êtes pas facturé chez un client. Pour vous donner une idée, gardez à l’esprit que pour compenser le coût d’un consultant en intercontrat, il faut 4 consultants facturés. Autrement dit, sans compter les frais fixes de structure (salaires des managers, locaux…etc), au-dessus de 20% d’intercontrtat, une SSII perd de l’argent tous les mois…

Si l’on ajoute des frais fixes de 5% (ce qui est plutôt bas), dans le calcul précédent, on se rend compte que la société de services n’est plus rentable au-delà de 15% d’intercontrat ! Inutile de vous faire un dessin. L’intercontrat est la hantise des dirigeants de SSII/ESN

De manière générale, la sonnette d’alarme est tirée rapidement dès que le taux d’intercontrat dépasse les 7-8 %.
 

Frais de mission sucrés ?

Selon le type de SSII dans lequel vous êtes, vous pouvez avoir une rémunération incluant des frais de mission. Nous en avons déjà parlé dans d’autres articles (Frais de mission : Arnaque ?), mais le problème de ce système de rémunération est que vous êtes moins payés dès lors que vous n’êtes pas en poste. Cependant, contrairement à ce que beaucoup d’entre vous pensent, vous avez le droit de demander à ce que l’on vous paie ces frais lorsque vous vous rendez au siège de votre société ou si vous allez rencontrer un client pour un entretien…Alors n’hésitez pas à les réclamer !
 

Déplacements demandés en intercontrat

La plupart des SSII/ESN acceptent que vous restiez chez vous pendant vos périodes d’intercontrat sous réserve que vous soyez joignable et disponible rapidement en cas de besoin urgent. Ce n’est pas plus mal dans un premier temps de pouvoir se reposer un peu après une mission éprouvante, mais il ne faut pas que vous deveniez une sorte d’ermite replié sur vous-même dans votre canapé devant votre télévision. Aussi, après une ou deux semaines maximum de repos, il sera temps de vous remettre sur les bons rails. Nous verrons dans notre article présentant les bons réflexes du consultant en intercontrat (à paraître la semaine prochaine) qu’il y a une multitude de choses intéressantes et bénéfiques à faire pendant ces périodes…
intercontrat

Certaines SSII (les plus grosses) ont des structures adaptées aux consultants en intercontrat. Leurs locaux permettent aux consultants de venir travailler, de se former ou de travailler sur des avant-ventes (réponses à appels d’offres sur des forfaits). Néanmoins, gardez à l’esprit que ce sont vos ordres de missions qui régissent votre activité. Si vous n’avez pas d’ordre de mission et que l’on vous demande d’intervenir au siège pour travailler sur votre CV ou pour préparer un rendez-vous chez un client, il vous sera ensuite difficile de réclamer les frais de mission qui vous sont dus !

Pour résumer, vous avez tout à fait le droit de rester chez vous tant que vous n’avez pas de demande explicite (ordre de mission) pour vous rendre à tel ou tel endroit. Dès lors que l’on vous demande de vous rendre quelquepart pour y effectuer une tâche, vous avez droit à vos frais de déplacement, même si cette tâche est à réaliser au siège de votre SSII pour travailler sur votre CV, suivre une formation, ou préparer un entretien chez un client.
 

Les RTTs employeur obligatoirement posés ?

Comme l’indique leur noms, les RTTs employeur sont pris à l’initiative de votre employeur. Aussi, il arrive fréquemment que les SSII/ESN vous imposent de prendre vos RTT employeur pendant vos périodes d’intercontrat. Vous ne pouvez pas vous y opposer !

Cependant, cette démarche ne doit pas être faite n’importe comment. Votre SSII doit vous prévenir à l’avance du fait que vous êtes en RTT employeur. Certaines SSII n’hésiteront pas à vous signaler à posteriori que vous « étiez » en RTT employeur de telle date à telle date, ce qui n’est pas acceptable et vous pouvez alors refuser.

D’autant plus que lorsque vous êtes en RTT employeur, il est hors de question que l’on vous demande de venir au siège ou d’aller à un endroit quelconque pour travailler sur votre recherche de mission ! Vous êtes en RTT !

 

Un intercontrat ne donne pas droit d’imposer des congés payés

Si votre période d’intercontrat se prolonge, certaines SSII « inventives » vont essayer de dealer avec vous la chose suivante :

– Vous posez 2 ou 3 jours de congés (par semaine)

– En échange, la SSII vous laisse tranquille toute la semaine sans vous demander quoi que ce soit

Ce n’est pas forcément un mauvais deal si vous avez beaucoup de congés à poser, mais attention : le fait que vous soyez en intercontrat ne donne pas à votre SSII le droit de vous imposer de poser des congés payés (ni des RTTs salarié). Même en période d’intercontrat, vous êtes toujours soumis aux règles du code du travail comme lorsque vous êtes en mission. Vous pouvez faire un petit effort pour faciliter les choses vis-à-vis de votre employeur et bénéficier d’un peu plus de liberté, mais en aucun cas votre employeur ne peut vous imposer plus de choses du fait que vous soyez en intercontrat que si vous étiez en mission.

 

Le licenciement : issue finale de l’intercontrat…

Au regard de ce que nous venons d’exposer, vous aurez aisément compris que si vous êtes en intercontrat, vous êtes un « problème » pour votre SSII et vous sentez la pression monter. Plus votre période d’intercontrat sera longue, plus cette pression vous sera répercutée et plus vous serez en « danger » de licenciement (a voir : N’ayez plus peur du licenciement). L’enjeu final étant évidement de vous faire licencier si vous ne parvenez pas à trouver une mission dans les meilleurs délais. On ne peut pas vraiment faire de généralités, mais globalement, une semaine d’intercontrat, c’est normal, 1 mois, ça devient problématique et au-delà de 2 mois, vous n’êtes pas loin d’un licenciement…

Néanmoins, si vous êtes licencié, rien n’est perdu puisque :
– Vous allez percevoir des indemnités de licenciement.
– Vous aurez, au pire, droit aux allocations chômage (pendant 24 mois dans la majeure partie des cas).

Donc financièrement, vous ne serez pas à la rue du jour au lendemain.

Vous nous direz que c’est bien beau, mais que vous n’aurez toujours pas de poste, ni de mission pour autant. C’est la vérité ! Cependant, le fait que votre SSII/ESN ne vous ait pas trouvé de poste ne signifie pas qu’aucun poste ne correspond à votre savoir-faire sur le marché. Effectivement, si votre société vous cherche une mission, vous n’avez accès qu’aux seuls postes accessibles à votre SSII. En revanche, si vous vous retrouvez sur le marché, sans engagement (vous avez été licencié), et prêt à démarrer immédiatement chez un client, vous multipliez vos chances de trouver un poste de manière considérable puisque vous aurez alors accès potentiellement à l’ensemble des postes disponibles sur le moment. Ce ne sont plus uniquement les commerciaux de votre SSII/ESN qui chercheront un poste pour vous, mais bel et bien l’ensemble des commerciaux des sociétés que vous aurez rencontré en entretien ainsi que leurs collègues.

 

Conclusion

Rien n’est perdu et même si vous deviez passer par la case « licenciement », vous constatez que de nombreux facteurs positifs influenceront votre recherche de mission. Alors ne paniquez pas, n’acceptez pas tout et n’importe quoi (prise de congés forcée, missions au rabais…) pour éviter cela et gardez toujours la tête froide.

A votre carrière !

 
—————————————————————————————————————————————————————————-

SS2IDeal est une communauté visant à défendre les intérêts des consultants,

Pour soutenir notre démarche et faire grossir notre communauté,

Likez notre page SS2IDeal

 





 
—————————————————————————————————————————————————————————-
 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
1 Comment  comments 

Une réponse

  1. […] avons vu la semaine dernière quels étaient vos droits pendant une période d’intercontrat (Intercontrat SSII : vos droits). Grâce à cet article, vous devriez pouvoir éviter les principaux pièges posés par les SSII : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *